Mon patron est donc un vrai milf. Quand j’ai commencé à travailler pour elle, je voulais vraiment la baiser. Elle s’habille bien – toujours avec des jupes serrées et de jolis boutons, avec une robe de temps en temps. Et elle est très intelligente, ce qui est très excitant. En tout cas…

Nous nous rendons dans notre chambre et elle nous dit qu’elle va prendre un bain. C’est ce qu’elle fait lors de chaque voyage d’affaires, j’ai appris plus tard – s’enregistrer à l’hôtel et prendre un long bain relaxant. Au bout de quelques minutes, je l’entends crier pour moi : “J’ai oublié mon shampoing, pouvez-vous le sortir de mon sac ? Il est sur la pochette blablabla”. Je le prends pour elle, et en le faisant, je remarque un gode et du lubrifiant dans le sac. Un GRAND gode, remarquez-vous. Du genre “comment ça rentre”, gros comme un gode. Mon esprit se met à vagabonder. Je frappe à la porte et elle me dit : “Jette-le dedans, merci !” Je ne veux pas être un pervers (c’est mon patron, rappelez-vous), je le fais et je n’essaie pas de voir quoi que ce soit, même si j’en ai vraiment envie.

Avance rapide de 20 minutes et elle a terminé et sort, entièrement vêtue d’un short et d’une chemise sans manches. Elle met son sac de shampoing dans la poche et doit avoir réalisé que son gode était là parce qu’elle s’est arrêtée et que son visage est devenu rouge vif. Je lui ai souri et lui ai dit “si tu veux que je parte un moment pour que tu puisses utiliser ça, dis-le simplement”. Pas de soucis”. Je peux dire qu’elle se sent super embarrassée alors j’ai dit “hey c’est bon, on se masturbe tous”. Elle a fait semblant de rire, mais elle se sent toujours gênée. Nous avons une relation de travail assez joviale, donc je ne me sens pas du tout bizarre de plaisanter avec elle. Elle a dit “je ne sais pas comment c’est arrivé là” et a ensuite déplacé la conversation ailleurs.

Avancez de quelques heures et nous sortons dîner car nous n’avons rien de prévu avant la réunion de l’après-midi suivant. Là encore, c’est typique de nos voyages. Nous sommes en train de dîner, quelques verres de vin à l’intérieur et elle nous dit : “Je n’arrive pas à croire que vous ayez vu ça dans mon sac”. Ne vous inquiétez pas, lui dis-je, je n’y ai pas pensé. Puis ça devient bien… elle dit “Allez, ne mens pas… tu ne m’as pas imaginé avec ça ?” J’étais vraiment surpris, alors j’ai gardé le silence pendant quelques secondes, puis j’ai dit… “eh bien, mon esprit a peut-être erré” avec un sourire. Notre serveur s’est approché à ce moment-là, et la conversation s’est terminée. Qu’il soit maudit. Nous partons et retournons à l’hôtel et alors que nous marchons dans le hall, je dis en plaisantant “alors tu as besoin de temps pour toi avec ton ami dans le sac ?” Elle m’a fait un petit sourire et m’a dit “non, allons dans notre chambre, drôle de type”.

Dès que nous sommes dans la chambre, elle me dit “pourquoi voudrais-je jouer avec un gode alors que je peux jouer avec toi ?” et elle commence à ouvrir mon pantalon. Je l’arrête et lui dis… attends, tu es marié et tu es mon patron. “Arrête”, dit-elle, “mon mari ne m’a pas baisée depuis des mois et j’y pense depuis un moment.” Boom, c’est tout ce que j’ai besoin d’entendre.

On commence à s’embrasser, elle a sorti ma bite de mon jean et commence à la caresser. Je suis du côté des grands et elle m’a dit “mmm, tu es plus grand en personne que dans mes fantasmes.” Je lui ai demandé ce que je te faisais dans tes fantasmes et elle m’a répondu que tu ne faisais rien, que je te faisais tout. Elle me conduit vers le lit et me pousse dessus. J’enlève mon pantalon et elle me fait la meilleure pipe que j’ai jamais eue. Sans blague. Elle m’a sucé la bite à fond tout en jouant avec mes couilles pendant ce qui semblait être une éternité. Puis elle me suçait les couilles tout en me secouant jusqu’à ce que je lui dise “viens ici, laisse-moi te goûter”. Elle s’est assise sur mon visage et je suis allé en ville sur cette chatte. Elle était parfaitement épilée, pas un poil en vue. Elle avait vraiment bon goût. Je l’ai léchée pendant un moment en doigtant sa chatte trempée, puis elle s’est retournée et elle m’a sucé la bite pendant un moment pendant que je la mangeais.

Puis elle m’a dit : “J’ai besoin de cette bite en moi” et s’est assise dessus et l’a lentement enfoncée jusqu’à ce qu’elle soit complètement à l’intérieur d’elle. Je ne vais pas mentir, je n’ai pas duré longtemps – elle montait ma bite très, très fort et gémissait très fort. J’adorais regarder ses seins rebondir, alors qu’elle sautillait de haut en bas. Elle criait et gémissait assez fort et puis elle disait “mon Dieu, ta bite est si bonne !” J’ai fini par lui dire “je vais bientôt jouir” et elle m’a répondu “remplis-moi, je la veux en moi” et je me suis lâchée alors qu’elle rebondissait encore très fort sur moi. Elle faisait ce truc où elle serrait sa chatte pendant que je jouissais. Oh mon DIEU a fait ça pour me faire du bien.

Ensuite elle s’est penchée sur moi, ma bite toujours en elle, et je l’ai entourée de mes bras pendant qu’elle me murmurait à l’oreille “pas un mot de tout ça à personne”. Je lui ai dit : “Ne t’inquiète pas, ce sera notre petit secret… tant que nous pouvons le refaire demain matin.” Elle s’est penchée, m’a regardé et a ri en disant “oh, on va le refaire avant d’aller dormir. Nous le faisons encore le matin et nous le faisons encore avant de partir demain. Je n’ai pas joui comme ça depuis très, très longtemps. Je vais profiter de ta bite aussi souvent que possible !” Et elle avait raison. On a encore baisé quatre fois entre cette nuit-là et l’après-midi suivant, quand on est parti. Trois fois au lit, une fois sous la douche.

On va faire un autre voyage la semaine prochaine. Je ne sais pas ce qui va se passer, mais j’ai le sentiment qu’on va se retrouver dans la même chambre d’une manière ou d’une autre !